LES ACTUALITÉS WWIRE

12/05/2020

Personal branding : « L’énigme de la sympathie ».

Jamais je n’hésite à citer une autre conseillère : mon but étant d’aider, je sais reconnaître et mettre en avant les bonnes idées.

Or, une femme qui veut travailler son personal branding va devoir surmonter cette « énigme de la sympathie » très bien décrite par Dorie Clark dans la revue internationale HBR (Harvard Business Review).

 

Elle y explique que l’image de marque personnelle présente des défis spécifiques aux femmes dans leurs professions. « Des recherches ont montré à plusieurs reprises que les femmes sont soumises à un phénomène connu sous le nom de l’énigme de la sympathie ». Les normes de genre présument que les femmes doivent être agréables, chaleureuses et attentionnées, et lorsqu’elles enfreignent ces normes – par exemple lorsqu’elles prennent une décision difficile, partagent une opinion forte ou se mettent en avant –, elles sont souvent pénalisées pour ce comportement d’une manière qui n’aurait pas lieu avec les hommes. Nous pouvons tous penser à des exemples de femmes qui ont été publiquement critiquées pour être « trop agressives » ou étiquetées « reine de glace ». »

Relisez cet extrait autant de fois qu’il le faudra, et… foncez !

Laquelle d’entre nous n’a pas été freinée par les normes de genre ?

Je dis de moi que si beaucoup de femmes n’ont pas les codes d’hommes, moi je n’ai pas ceux de femmes… dans ce domaine bien sûr.

Ces normes, savoir qu’elles existent est déjà un moyen de les bousculer. Vous avez du mal à vous mettre en avant, à communiquer, à citer vos réussites ou vos compétences ? Détruisez cette autocensure ! Travaillez. Apprenez à le faire. Sans cela, impossible de construire une bonne image de marque.

 

Je vous le disais dans mon précédent billet, modeler son personal branding doit se faire avec authenticité : « bricoler » une image qui ne vous ressemble pas ne tiendrait pas sur le long terme.

Donc, définissez tout ce qui compte dans votre personnalité, dans votre trajectoire professionnelle. Et n’oubliez pas qu’il faut constamment y travailler. C’est tout le contraire d’un acte figé.

Pensez au Dress for Success : votre image est votre première signature.

Moi, je me suis fait aider (hello Peggy, la reine des conseillères !) : je ne savais pas que sur trois secondes passées sur votre page, deux sont consacrées à votre photo. Votre portrait est votre premier contact et donc la première mémorisation qu’on aura de vous.

Laissez-moi vous citer aussi Florence Ropion** lors d’un entretien paru sur emarketing.fr :

Les femmes doivent-elles se marketer davantage que les hommes au sein de l’entreprise ?

« Il s’agirait déjà qu’elles commencent à se marketer ! Beaucoup ne le font pas du tout. Les collaboratrices doivent connaître leurs forces et savoir parler de leurs actions afin que les autres membres de l’entreprise les identifient comme compétentes. Elles maîtrisent les « savoir-faire » mais il leur reste du chemin à parcourir concernant le « faire savoir ». »

Collaboratrices ou dirigeantes, car même les femmes PDG doivent améliorer ce point.

Et Florence Ropion ajoute – c’était en 2016 mais sa remarque peut s’appliquer à notre crise sanitaire actuelle, c’est moi qui souligne la fin car elle est de haute importance :

« Il y a cinq ou six ans, les réseaux féminins n’intéressaient pas les professionnels, voire étaient le sujet de railleries. Avec la crise, les entreprises, comme Engie ou Orange, se sont impliquées davantage dans les programmes de diversité du personnel, dont elles ont découvert la richesse. Cependant, les périodes de réorganisation demeurent dangereuses pour les femmes managers, car elles cessent d’entretenir leur réseau. »

Que vous conseillais-je au début : c’est un travail constant. Le personal branding et les réseaux sont extrêmement liés.

Développez votre image. N’hésitez pas à vous faire aider, un regard extérieur est souvent enrichissant, nous le savons toutes. Votre présence en ligne doit être maîtrisée, régulièrement « nourrie », c’est tout un travail et non pas une idée parmi d’autres qu’on sous-exploite par manque de temps.

Travailler son personal branding, c’est travailler son leadership.

Nous, les femmes dans l’immobilier, avons encore plus besoin que les hommes de nous faire reconnaître. Et WWIRE vous apporte des outils adaptés.

 

 

Janicka Basssis

 

 

* Dorie Clark enseigne le marketing et la communication à la Fuqua School of Business et à la Columbia Business School de la Duke University, Durham, USA. Elle a été déclarée meilleure coach de communication au monde (Marshall Goldsmith Leading Global Coaches Awards).

 

** Florence Ropion est Vice-Présidente & General Manager Channel France chez Dell, où elle a été codirectrice du réseau Wise (Women In Search of Excellence), dédié à la promotion de la diversité, qui aide les femmes à mener leur carrière au sein de Dell.

LES PARTENAIRES WWIRE