LES ACTUALITÉS WWIRE

21/01/2020

Le Conseil Exécutif du Medef sur la bonne voie de la féminisation

Le nouveau Conseil Exécutif du Medef qui s’est réuni le 14 janvier 2020 traduit la forte volonté des entrepreneurs du Medef d’être encore plus représentatifs des mutations de la société. Le Conseil Exécutif passe de 45 à 51 membres, avec 51 % de nouveaux membres et 25 % de femmes, approchant ainsi l’objectif de parité économique (30 %) à atteindre à la fin du mandat.

 

Geoffroy Roux de Bézieux l’affirme, le rééquilibrage des instances dirigeantes du Medef est une réelle préoccupation pour le Medef. Il propose au Conseil Exécutif d’adopter une charte pour que de 8% le Medef passe à 30% de femmes d’ici 3 à 4 ans, soit la fin de son mandat, une ambition plus que louable que nous applaudissons.
Le Medef avait déjà ouvert la voie avec la nomination de Laurence Parisot à sa direction entre 2005 et 2013. Faute de candidatures, il n’a malheureusement pas été possible de réitérer l’initiative comme l’a d’ailleurs déploré la direction du Medef.

Nous sommes confiants, les disparités ont diminué dans l’attribution des postes. Le Medef travaille maintenant sur la représentativité des femmes dans les concertations importantes qui se tiennent sur les principaux dossiers majeurs avec le gouvernement et les partenaires sociaux. Aujourd’hui, il n’y a souvent aucune femme dans les délégations patronales. Prenez aussi les grandes négociations qui se sont tenues ces derniers mois : sur les retraites, le chef de file patronal est un homme. La négociation assurance-chômage, c’était aussi un homme qui en était le négociateur. Tous les sujets importants, dits nobles, comme la fiscalité, les impôts des entreprises restent portés par des hommes. Nous sommes optimistes et nous soutenons les femmes dans toutes ces avancées. Il n’y a aucune raison que les prises de décisions et discutions ne soient pas traitées dans un souci de parité entre hommes et femmes, à l’image tout simplement de la représentativité des femmes à travers le monde dans notre société actuelle.

 

 

Heureusement il y des femmes pour accompagner ces changements sociétaux au sein du Medef. Comme Dominique Carlach’ 49 ans porte-parole et vice-présidente du mouvement patronal.

 

Pour cette ex-athlète de haut niveau, c’est l’aboutissement d’un engagement patronal de plusieurs années. « Les femmes sont très présentes dans la société en général mais nous sommes très peu dans le monde patronal, explique-t-elle dans les nouveaux bureaux de son entreprise, D & Consultant, un cabinet de conseils en financement et innovation. Les intentions sont là.

 

 

À ce titre, nous ne pouvons que nous réjouir de la présence d’Alexandra François-Cuxac au conseil exécutif du Medef.

 

Présidente de la Fédération des Promoteurs immobiliers (elle et en a été la première femme présidente en juin 2015), elle est une personnalité que nous admirons beaucoup chez WWIRE. Nous lui devons la formidable introduction du livre Les Audacieuses , un ouvrage écrit par Janicka Bassis. Nous sommes convaincues de son engagement et de son rôle au sein du Medef, nous sommes fières de voir le secteur de l’immobilier ainsi représenté dans les instances patronales.

 

On ne peut qu’encourager le Medef dans cette voie. D’autant plus que de leur côté, les syndicats de salariés sont eux en retard en matière de féminisation des appareils.

 

Aucune centrale syndicale n’est dirigée par une femme. Il y a eu Laurence Parisot et dans les années 2000 Nicole Notat, qui était présidente de la CFDT, et c’est tout. D’ailleurs, la CFDT est une des rares à avoir imposé l’égalité parfaite dans ses statuts et à s’y tenir. Si on regarde la CGT, qui s’indigne souvent des différentiels de salaire entre les hommes et les femmes, et bien ce n’est pas très mixte. Pas mieux pour Force ouvrière. Tous essaient de rectifier le tir, mais les marges de progression sont importantes et les résistances très fortes. Messieurs, vous avez encore du travail, le chemin de la parité est encore long.

LES PARTENAIRES WWIRE