LES ACTUALITÉS WWIRE

05/02/2020

Bousculer la norme

Dans le cadre de sa campagne pour #disruptTheNorm, la recherche de Boyden auprès d’un panel de femmes, explore les motivations, les obstacles, les catalyseurs et les solutions pour accroître le leadership féminin.

Cet instantané est le deuxième d’une série qui se concentre sur des défis spécifiques dans la promotion du leadership féminin et sur ce qui peut être fait pour les relever. Nous nous sommes intéressées aux rôles des facilitateurs de carrière.

Les résultats de la recherche montrent que les femmes réussissent dans leur métier, grâce à leur propre courage, leur détermination et leur travail acharné. Cependant, il est également révélé un facteur supplémentaire, la qualité et le rôle de leur patron.

 

Créer ses propres opportunités

 

Parmi les participants, le soutien du manager direct est le principal catalyseur de carrière à 32%, suivi du soutien de l’environnement proche pour 30%, l’aide d’un solide réseau à 21% et d’un bon bagage universitaire à 10%.

On nous dit souvent dans la vie de «il faut saisir et se créer des opportunités». Mais pour les cadres qui sont à la fois jeunes et femmes, c’est un défi difficile, en particulier dans des environnements dominés par les hommes. Il est donc essentiel d’avoir un patron solidaire.

 

« En briguant un poste supérieur, les gens pensaient que j’étais trop jeune. Mon concurrent était un homme de dix ans de plus, heureusement mon patron m’a soutenu et j’ai gagné la promotion. »Commente le directeur des ressources humaines d’une entreprise de logistique au Royaume-Uni.

Un chef de division d’une entreprise pharmaceutique en Autriche explique: «Vous avez besoin de quelqu’un qui vous épaule et vous aide. J’étais jeune et j’ai réussi parce qu’on m’a donné la chance de faire quelque chose ».

Le président du conseil d’administration d’une société FMCG dans la région nordique le résume. «On m’a souvent demandé de donner des conseils de carrière. La réponse classique est de choisir le bon patron. Cela vous donnera confiance en vous et vous aidera à grandir ».

«Pendant le processus d’entrevue, il est important que les candidats explorent la façon dont la diversité se reflète dans la culture et l’environnement de l’entreprise. Dans les étapes finales, il est essentiel de comprendre le rôle joué par le futur patron, son attitude et la façon dont il gère tous les aspects dans son style de leadership », commente Pamela Colquhoun, Healthcare & Life Sciences Partner, basée à Toronto.

Un accompagnement de l’environnement proche est le deuxième plus grand facteur de succès. Des collègues qui vous soutiennent et des rôles modèles accessibles sont les garants d’un bon accompagnent. Plus les femmes sont visibles, plus elles aspirent au leadership. 29% des postes d’administrateur sont occupés par des femmes dans des entreprises ayant un PDG féminin, contre 15% dans l’ensemble.

La flexibilité dépend de la culture organisationnelle. «J’ai été dans une culture saine qui reconnaît la possibilité d’avoir plusieurs priorités dans la vie. Mon entreprise comprenait bien que j’avais une vie privée et que je devais être flexible », explique le PDG d’une société de capital-investissement dans la région nordique.

Un réseau solide fournit un soutien et des recommandations personnelles, permettant aux femmes d’accéder aux opportunités de leadership par le «bouche à oreille».

«L’impact des réseaux sur ma carrière a été énorme. Mon rôle actuel est venu d’un réseau de mentors. Il s’agit de nouer de solides relations, plusieurs fois par an », commente un directeur d’une entreprise d’aérospatiale et de défense au Royaume-Uni.

«Même s’il n’est pas toujours facile de trouver du temps pour réseauter, il est indispensable de participer à des événements professionnels et de contribuer à des réseaux en ligne. La réputation fait une énorme différence et pour que cela fonctionne, les gens doivent vous connaître en tant que personne, ainsi que vos capacités », explique Kerstin Roubin, associé directeur de la division mondiale des soins de santé et des sciences de la vie de Boyden, basée en Autriche.

Bien que la formation universitaire occupe le quatrième rang dans la liste des facilitateurs de carrière, la poursuite de qualifications supplémentaires stimule la progression des parcours professionnels et contribue au leadership.

«Un MBA m’a donné confiance en mes propres opinions et intuitions. J’ai réalisé qu’il n’y avait pas de « quelque chose de magique » que les autres avaient et pas moi», explique le PDG d’une société d’électronique en Europe du Sud.

 

Du soutien individuel informel à la culture organisationnelle formelle

«Il est clair que les femmes qui ont participé à cette recherche ont réussi en relevant les défis auxquels elles ont été confrontées, elles ne l’ont pas fait seules. Elles avaient le soutien informel de différentes personnes, le plus souvent leur patron. » explique le chef de cette recherche Andreas Landgrebe, associé directeur et leader mondial, Cloud, Big Data, Analytics / BI, basé en Autriche.

 

Chez WWIRE, cette étude nous a interpellés, aider les femmes à devenir des dirigeantes et les encourager à occuper des postes de direction font partie de nos objectifs principaux.

 

Nous insistons sur le rôle essentiel des patrons à aider les femmes à occuper des fonctions de dirigeantes. Nous ne doutons pas des ambitions et de la volonté que les femmes peuvent développer pour accéder à des postes de haut niveau,  néanmoins, le poids des réseaux et une bonne culture du leadership sont également des outils indispensables pour les accompagner dans leurs parcours. Autant de thèmes que nous privilégions et conseillons régulièrement. 

 

 

LES PARTENAIRES WWIRE